Saint-Valentin oblige, nous nous devions de vous parler de cette nouveauté que vous êtes nombreux à attendre avec grande impatience !

Après avoir enflammé de nombreux lecteurs avec « Trouble, trouble-moi ! », elle nous revient cette année avec un nouveau récit abordant la délicate question de la perte de désir sexuel. Pour traiter un tel sujet tout en ne tombant pas dans les clichés de la littérature érotique (mais sans pour autant perdre le côté sulfureux des scènes « osées »), il fallait mêler connaissances en sexologie et talent. Deux qualités que réunit S.A. William et qu’elle exploite avec brio dans son nouveau roman !

Découvrez les premiers éléments de cette histoire sensuelle, grâce à cette interview… sans tabou !

 

Bonjour, Sonia, comment te sens-tu à l’approche de cette sortie très attendue par tes lecteurs ?

Assez stressée je dois dire, comme pour chaque roman qui sort… Surtout que si c’est le même thème « les troubles sexuels », ce n’est pas le même genre. Éva et Rayan avaient une relation piquante avec une tension sexuelle. L’histoire de Manon et Benjamin est beaucoup plus douce et câline, mais tout aussi sexy.

 

Comment t’es venue l’idée d’écrire une suite à « Trouble, trouble-moi ! » ?

Quand j’ai vu qu’un roman sexo-informatif intéressait les lecteurs, j’ai tout de suite pensé à deux autres troubles sexuels qu’il pouvait être intéressant de traiter… Je me suis dit : autant continuer sur la ligne de « Trouble, trouble-moi ! » et dans le même univers ! Nous voilà donc de retour chez Backsports, mais pas dans les bureaux. Benjamin est professeur d’aquabike et Manon une simple adhérente. Ça me permet de donner des nouvelles d’Éva et Ryan de manière indirecte et d’intégrer certains personnages secondaires !

 

Ceux qui te suivent savent que tu es sexologue, je suppose que ta profession influence fortement tes romans « osés ». Quel est le message que tu veux faire passer à travers ces écrits ?

Tout à fait. Ma profession me permet de rendre mes personnages plus réels. Ce que vivent mes personnages n’est pas « inventé », c’est tiré de vraies situations

Le message que je veux faire passer est que la vie sexuelle n’est jamais parfaite durant toute notre vie. Potentiellement, on aura tous des moments « à vide », des moments « sans », des défaillances, des angoisses, et c’est… NORMAL.

Justement, tu te définis comme voulant aller à l’encontre des stéréotypes de la littérature du genre. Quelles ont été les réactions des lecteurs suite à « Trouble, trouble-moi !« ?

Beaucoup m’ont dit que c’est un roman qui fait du bien ! Il est proche de la réalité et normalise les troubles sexuels. Il permet de comprendre, de relativiser, et de se redonner envie sans stress ni angoisse. Il fait rire et fait également crépiter le désir.

Mais une personne m’a aussi dit, je cite : « il n’y a pas assez de cul, 50 nuances était mieux ». À ce moment-là, je me suis dit que mon message n’avait pas été compris par tout le monde !

Revenons-en à « Désir, désir où est-tu ? » peux-tu nous pitcher ce nouveau roman ?

C’est l’histoire de Manon, jeune mère célibataire qui ne ressent plus de désir. Elle pense que la sexualité, ce n’est tout simplement plus « son truc »… Mais sa meilleure amie va lui donner matière à réfléchir ! Surtout quand elles rencontrent Benjamin, leur professeur d’Aquabike.

Je préfère ne pas trop en dire, le reste de l’intrigue sera à découvrir à la lecture…

Petite question personnelle, quel est ton rituel d’écriture ?

Je n’en ai pas ! Si ce n’est que j’ai tendance à grignoter pas mal en écrivant.

 

Un message pour tes lecteurs ?

Je vous souhaite de passer un bon moment avec cette histoire, en espérant qu’elle vous fasse ressentir tout un tas de sentiments, tous plus positifs les uns que les autres.

Bonne lecture !

Désir, désir, où es-tu ?
Disponible à partir du 14 février 2020
293 pages
18 €
ISBN : 978-2-37900-307-3