Objectif Foire du Livre de Bruxelles!

Du 5 au 8 mars, nos artistes vous donnent rendez-vous sur LE salon de l’année.

Bien entendu, vous avez sans doute repéré les différentes séances de signatures auxquelles ils se prêteront. Si ce n’est fait, pas de panique, nous vous ferons un petit mémo. Notre maison aura également l’honneur de proposer 4 rencontres/conférences aux visiteurs de la FLB. Voici le programme:

Jour J pour S.A. William! « Désir, désir où es-tu? » le roman qui fera vibrer votre Saint-Valentin

Saint-Valentin oblige, nous nous devions de vous parler de cette nouveauté que vous êtes nombreux à attendre avec grande impatience !

Après avoir enflammé de nombreux lecteurs avec « Trouble, trouble-moi ! », elle nous revient cette année avec un nouveau récit abordant la délicate question de la perte de désir sexuel. Pour traiter un tel sujet tout en ne tombant pas dans les clichés de la littérature érotique (mais sans pour autant perdre le côté sulfureux des scènes « osées »), il fallait mêler connaissances en sexologie et talent. Deux qualités que réunit S.A. William et qu’elle exploite avec brio dans son nouveau roman !

Découvrez les premiers éléments de cette histoire sensuelle, grâce à cette interview… sans tabou !

 

Bonjour, Sonia, comment te sens-tu à l’approche de cette sortie très attendue par tes lecteurs ?

Assez stressée je dois dire, comme pour chaque roman qui sort… Surtout que si c’est le même thème « les troubles sexuels », ce n’est pas le même genre. Éva et Rayan avaient une relation piquante avec une tension sexuelle. L’histoire de Manon et Benjamin est beaucoup plus douce et câline, mais tout aussi sexy.

 

Comment t’es venue l’idée d’écrire une suite à « Trouble, trouble-moi ! » ?

Quand j’ai vu qu’un roman sexo-informatif intéressait les lecteurs, j’ai tout de suite pensé à deux autres troubles sexuels qu’il pouvait être intéressant de traiter… Je me suis dit : autant continuer sur la ligne de « Trouble, trouble-moi ! » et dans le même univers ! Nous voilà donc de retour chez Backsports, mais pas dans les bureaux. Benjamin est professeur d’aquabike et Manon une simple adhérente. Ça me permet de donner des nouvelles d’Éva et Ryan de manière indirecte et d’intégrer certains personnages secondaires !

 

Ceux qui te suivent savent que tu es sexologue, je suppose que ta profession influence fortement tes romans « osés ». Quel est le message que tu veux faire passer à travers ces écrits ?

Tout à fait. Ma profession me permet de rendre mes personnages plus réels. Ce que vivent mes personnages n’est pas « inventé », c’est tiré de vraies situations

Le message que je veux faire passer est que la vie sexuelle n’est jamais parfaite durant toute notre vie. Potentiellement, on aura tous des moments « à vide », des moments « sans », des défaillances, des angoisses, et c’est… NORMAL.

Justement, tu te définis comme voulant aller à l’encontre des stéréotypes de la littérature du genre. Quelles ont été les réactions des lecteurs suite à « Trouble, trouble-moi !« ?

Beaucoup m’ont dit que c’est un roman qui fait du bien ! Il est proche de la réalité et normalise les troubles sexuels. Il permet de comprendre, de relativiser, et de se redonner envie sans stress ni angoisse. Il fait rire et fait également crépiter le désir.

Mais une personne m’a aussi dit, je cite : « il n’y a pas assez de cul, 50 nuances était mieux ». À ce moment-là, je me suis dit que mon message n’avait pas été compris par tout le monde !

Revenons-en à « Désir, désir où est-tu ? » peux-tu nous pitcher ce nouveau roman ?

C’est l’histoire de Manon, jeune mère célibataire qui ne ressent plus de désir. Elle pense que la sexualité, ce n’est tout simplement plus « son truc »… Mais sa meilleure amie va lui donner matière à réfléchir ! Surtout quand elles rencontrent Benjamin, leur professeur d’Aquabike.

Je préfère ne pas trop en dire, le reste de l’intrigue sera à découvrir à la lecture…

Petite question personnelle, quel est ton rituel d’écriture ?

Je n’en ai pas ! Si ce n’est que j’ai tendance à grignoter pas mal en écrivant.

 

Un message pour tes lecteurs ?

Je vous souhaite de passer un bon moment avec cette histoire, en espérant qu’elle vous fasse ressentir tout un tas de sentiments, tous plus positifs les uns que les autres.

Bonne lecture !

Désir, désir, où es-tu ?
Disponible à partir du 14 février 2020
293 pages
18 €
ISBN : 978-2-37900-307-3

Kalila le koala a le vertige, ou comment Ellen McNett a décidé de donner le goût de la lecture aux plus jeunes.

Depuis quelques mois, un petit koala est apparu au sein de la collection Premiers Livres de notre catalogue Livr’S éditions.

Dès sa sortie, Kalila est devenue la nouvelle héroïne de beaucoup d’enfants. Comprenez-les, cette aventure se déroulant au cœur de la steppe australienne est le reflet de bien des défis à relever par les petits au quotidien !

Kalila adore jouer avec ses amis. Le jeu que préfèrent ses copains koalas, c’est cache-cache dans les arbres, mais Kalila a le vertige. Pas facile de s’amuser ! Touchée par sa tristesse, sa meilleure amie Lilou va l’aider à s’entraîner. Kalila va apprendre à travailler pour réaliser ses rêves et à ne jamais abandonner ! Une belle histoire d’amitié et de persévérance, au sein d’une forêt d’eucalyptus…

Rencontre avec Ellen McNett pour évoquer avec elle la naissance de cet album, ainsi que ses projets en cours…

Bonjour, Ellen, peux-tu te présenter en quelques mots ?
Bonjour Sophie ! Je suis une elfe née en plein cœur de la Terre du Milieu,
euh de la Gaume il y a quelques années à peine. Très jeune, je suis tombée
amoureuse des Lettres. J’ai très vite appris à lire et depuis, je dévore presque tout ce qui me tombe dans les mains. J’aime d’ailleurs tellement jouer avec les mots que j’ai fait des études de traduction.
Mais ma créativité ne se résume pas à l’écriture. Elle s’exprime également sous forme d’accessoires tricotés, cousus ou crochetés, comme ma mascotte koala. La création est pour moi un vrai exutoire, une soupape de sécurité.Au même titre que le sport d’ailleurs, que je pratique de manière régulière depuis 2 ans maintenant, avec un gros challenge en 2020 puisque je prendrai le départ de mon premier triathlon!

Certains lecteurs te connaissaient déjà en tant que blogueuse, qu’est-ce qui t’a décidée pour franchir le pas de l’écriture ?
C’est plutôt l’inverse en fait. J’ai toujours aimé écrire, aussi loin que je m’en souvienne. J’adorais les rédactions et dissertations à l’école, et à l’adolescence, j’ai écrit pas mal de poèmes, de paroles de chansons et de textes courts.
Mais malheureusement, j’ai tout jeté de peur que quelqu’un ne trouve ces textes et se moque de moi…
Et puis, à force de fréquenter les salons littéraires en tant que blogueuse et de nouer des amitiés avec d’autres auteurs et autrices, je me suis dit « et pourquoi pas moi, finalement ? » Voilà comment je suis revenue à mes premières amours.

Pourquoi avoir décidé d’écrire pour la jeunesse ?
D’abord parce que c’est probablement le genre de textes que je préfère lire. Il y a tant de messages et de valeurs importantes à faire passer aux jeunes lectrices et lecteurs pour faire du monde de demain un monde meilleur, plus humain, plus bienveillant, plus respectueux de notre planète ! C’est un peu ma façon à moi de « faire ma part ».
La seconde raison, c’est la naissance de ma nièce, à qui j’ai dédicacé l’album de « Kalila le koala a le vertige ». J’ai écrit cette histoire dans le secret le plus total lorsque ma sœur était enceinte, en nourrissant le rêve de pouvoir peut-être un jour lui offrir l’album. Grâce à Livr’S, ce rêve est devenu réalité !

Tous tes lecteurs sont sous le charme de l’alchimie qui s’est créée entre toi et Chrystèle Lim, l’illustratrice de cet album. Comment avez-vous fonctionné pour donner vie à Kalila ?
C’est une rencontre, je dirais. J’avais pu découvrir l’univers de Chrystèle dans son précédent album publié chez Livr’S (Perle de Jade et l’oiseau blanc). Je suis immédiatement tombée sous le charme de son style, qui correspondait parfaitement à ce que j’avais imaginé en écrivant mon texte.
Lorsqu’elle a accepté de l’illustrer, je lui ai laissé carte blanche, j’avais une totale confiance dans ce qu’elle allait imaginer pour accompagner le texte. Elle me montrait les crayonnés au fur et à mesure, et j’étais subjuguée de voir à quel point elle arrivait à donner vie à mes mots ! Puis est venue la colorisation. Elle nous a proposé plusieurs styles différents et nous sommes tombées d’accord assez rapidement. Je suis plus que ravie du résultat final.

Kalila a reçu un bel accueil de la part de ton public. Comment as-tu vécu ces premiers retours ?
C’était complètement fou ! Et ça l’est toujours en fait, une partie de moi ne réalise toujours pas, même si ça fait bientôt un an que l’aventure a débuté.
Me dire que l’histoire que j’ai imaginée pour ma nièce a pu toucher d’autres lecteurs et lectrices, plus ou moins jeunes, c’est tout simplement magique ! Chaque retour, chaque photo que des parents m’envoient… je n’aurais pas pu rêver meilleur accueil pour l’histoire de Kalila et Lilou !

Quels sont tes projets littéraires ?
J’ai plusieurs idées en réserve, notamment pour d’autres albums jeunesse, dans des styles parfois différents.
Mais mon gros gros projet en ce moment, c’est mon premier roman. Destiné à un public jeune adulte, il s’agit d’un récit contemporain fantastique, que j’ai commencé il y a déjà longtemps.
C’est un projet de longue haleine, car avec toutes mes occupations, je manque cruellement de temps à consacrer à l’écriture. Mais j’aime ça aussi, prendre mon temps, laisser mûrir les idées et les scènes jusqu’à ce qu’elles soient évidentes dans mon esprit.

Un mot pour ton public ?
Simplement un énorme merci à tous ceux et celles qui ont adopté Kalila, merci pour vos retours enthousiastes, vos photos de moments de lecture…
Ce sont de véritables boosts énergétiques dont je ne me lasse pas !

Kalila le koala a le vertige est disponible sur commande dans toutes les librairies et sur notre site internet.

Fan d’Ellen ? Ou tout simplement curieux de l’écouter parler de littérature jeunesse ? Nous vous donnons rendez-vous sur notre stand, numéro 312, à la Foire du Livre de Bruxelles, mais également le dimanche 8 mars à 16 h, espace Fintro, pour une conférence intitulée « Écrire pour la jeunesse, un véritable défi ? », en compagnie de S.A. William et L.A. Braun.

Kalila le koala a le vertige

15 €
34 pages
ISBN : 978-2-379100-07-9

Les coulisses de « Futur Antérieur », rencontre avec Henri Bleunven.

Lors des Imaginales 2019, vous avez pu découvrir « Futur Antérieur ».

Née de la plume de Henri Bleunven, cette dystopie plonge le lecteur dans un univers mêlant futurisme et archaïsme.

« Nous sommes au XXIIème siècle. La vie s’écoule, paisible, dans le petit village de Soléal, sous la direction des Gardiens du Savoir. Urien et Leïla tentent d’avoir un enfant depuis leur union, mais Urien a d’autres sources d’inquiétude en tête. Derrière le caractère rassurant de la routine, le jeune homme s’interroge sur certaines pratiques de leurs gouverneurs. Au cours d’une escapade, il découvre une étrange caverne contenant un matériel à la fois futuriste et usé par le temps. Grâce à ces étranges machines, le voile d’ignorance se déchire. Nous sommes au XXIIème siècle. L’humanité telle que nous la connaissons a disparu. Mais quelqu’un dirige, depuis les ombres, les vestiges d’un futur trop tôt avorté. Aidé d’autres jeunes rebelles et de Tsuda le Second, Urien s’engage dans une quête qui l’emporte au-delà de ses doutes. »

Depuis sa parution, le roman ne cesse de conquérir les lectrices et lecteurs de France et d’ailleurs. Vous êtes de plus en plus nombreux à vous laisser emporter par cette aventure, mais aussi à vous demander qui est réellement Henri Bleunven.

Toutes les réponses à vos questions, l’auteur nous les a données dans un entretien à bâtons rompus. Retour sur une interview à cœur ouvert.

Crédits photos: Emma Le Clesh

Qui es-tu, Henri ?

Un pessimiste heureux pas très sérieux.

Comment t’est venue l’envie d’écrire ?

Comme une envie de respirer, avec une démangeaison au bout des doigts.

Quelles sont tes inspirations ?

Selon les genres et les thèmes abordés, parmi les premières d’entre elles, je citerai, les légendes et contes bretons, l’œuvre de Jules Verne.  Ensuite, il y a, presque évidemment, Tolkien puis des auteurs de SF comme, Ray Bradbury, Barjavel, Georges Orwell, J.G Ballard, Franck Herbert… Sans oublier, une actualité contemporaine souvent très généreuse en sources d’inspirations…

 Quel est ton roman préféré et pourquoi ?

Farhenheit 451 de Ray Bradbury. Parce que le livre et la notion du bonheur en sont quelque part les « personnages » principaux. C’est un roman de science-fiction qui comme 1984 de Georges Orwell nous fait réfléchir sur le danger de l’autoritarisme politique. Les thèmes de la liberté de pensée et du droit de contester un ordre établi me sont chers.

Parle-nous de Futur Antérieur :

Il s’agit d’un roman d’anticipation, mais également et surtout d’aventure. On peut le voir comme une quête dans un monde post-apocalyptique, avec une présence à peine discrète de quelques pensées personnelles.
Un message écologique est présent, mais selon la sensibilité du lecteur, là où certains verront la recherche d’une utopie absolue et la résistance à l’ignominie d’un système, d’autres participeront surtout à un grand voyage, je l’espère, plein de surprises.
Le fait qu’il soit un premier roman m’a incité à y mettre beaucoup de mes goûts, de mes idées, de mes doutes, de mes expériences. Il peut ressembler à un meuble dont on ouvre les tiroirs les uns après les autres. Je l’ai écrit comme je l’aurais rêvé. Façon de faire que je pense commune lorsque l’on s’immerge dans le domaine de la science-fiction et de l’imaginaire. J’ajouterai qu’après la pose des décors, j’ai essayé de placer quelques touches d’humour tout au long du roman. Une manière qui m’est naturelle et que j’utilise pour humaniser un propos ou pour dédramatiser un message qui sinon peut paraître moralisateur.

Comment t’est venue l’idée d’écrire un tel roman ?

En courant, comme me viennent la plupart de mes idées d’écritures (entre autres). La course à pied m’éloigne de la réalité du quotidien. Dopé à l’endorphine et par une oxygénation exagérée, mon esprit devient alors imaginatif et créatif (ces effets ne sont pas permanents !). L’idée première était celle d’une nouvelle, largement influencée par une lecture déjà ancienne et déjà évoquée, Farhenheit 451.

Quel message voulais-tu faire passer au travers de cette histoire ?

Un message naturellement écologique parce qu’il me correspond, avec l’espoir d’avoir réussi à éviter l’écueil du donneur de leçon. Mais parce qu’on peut meubler ce combat avec toutes sortes de choses pas toujours cohérentes, j’ai souhaité l’associer à la philosophie (tout sauf religieuse) développée par Itsuo Tsuda. Il s’agit d’une pensée au croisement entre Orient et Occident, centrée sur le Ki, terme que l’on peut traduire en français par respiration. Je ne suis guère un spécialiste de son enseignement, mais j’ai simplement eu l’opportunité de lire plusieurs de ses très intéressants ouvrages.

Quels sont tes projets ?

J’ai écrit une suite à Futur Antérieur. Le titre provisoire est « Au cœur du mensonge ». Sa sortie est acquise et sera prochainement programmée. Par ailleurs, je termine actuellement l’écriture d’un roman ado de genre fantastique, tout en commençant celle d’un roman de Steampunk jeunesse.

 Un message pour tes lecteurs ?

Un grand et sincère merci à eux.

Si ce n’est fait, il vous est possible de vous (re)plonger dans l’univers de Futur Antérieur

Futur Antérieur
312 pages
18 €
ISBN : 978-2-37910-015-4

 

 

 

 

Rejoignez la #TeamLivrS !

Amis blogueuses, blogueurs, lectrices et lecteurs, ce billet est pour vous !

Vous tenez un blog ? Vous êtes actifs sur les réseaux et/ou d’autres sites communautaires ? Vous aimez partager votre avis et animer des discussions et débats de fond autour de vos lectures ? Alors, lisez ce qui suit !

Parmi nos défis pour cette nouvelle année, nous souhaitons tisser des liens avec des partenaires qui auront pour mission de nous faire un retour de lecture, mais également de relayer leurs avis et d’être les ambassadeurs de notre catalogue.

Aussi, nous ouvrons les candidatures.

Vous souhaitez vous aussi devenir un membre actif de la Team Livr’S ? Vous souhaitez recevoir nos services presses numériques et échanger sur ce que vous avez lu ? Dans ce cas, suivez scrupuleusement les indications ci-dessous.

Pour proposer votre candidature, nous vous demandons de nous faire parvenir un document dans lequel vous reprendrez :

  • Votre nom, vos coordonnées complètes, ainsi que votre pseudo sur les réseaux ;
  • Le nom et le lien de votre blog ;
  • Les titres de vos 3 dernières lectures ;
  • Un avis sur l’une d’entre elles ;
  • Le nom d’un ou de plusieurs ouvrages de notre catalogue que vous avez lu et ce que vous en avez pensé
  • Vos styles littéraires de prédilection ;
  • Une explication en quelques mots de la raison pour laquelle vous aimeriez rejoindre l’aventure.

Ces renseignements sont à envoyer à l’adresse suivante : relations-presse@livrs-editions.com.

Vos avis sont précieux, alors n’hésitez pas une seule seconde ! Les heureux élus seront recontactés avant fin février.

« La Divine Proportion », rencontre avec Céline Saint-Charle.

Que les fans se réjouissent ! 2020 sera l’année de publication du nouveau roman estampillé Livr’S Éditions de Céline Saint-Charle.

Après le succès de #SeulAuMonde, l’Auvergnate, institutrice maternelle de formation, nous revient dans un style différent.

Thriller noir aux accents anxiogènes, La Divine Proportion est annoncée comme étant le roman qui hantera vos nuits en ce début d’année.

Rencontre avec une autrice ravie pour tout savoir de ce nouveau roman.

Bonjour, Céline, peux-tu nous pitcher « La Divine Proportion » ?

 C’est l’histoire de deux rencontres. Celle de Léna, une journaliste un peu naïve, un peu asociale, avec une petite fille dans un orphelinat. Elle tombe en amour sans vraiment le réaliser. Après la disparition de l’enfant, elle rencontre aussi Lucas, un vieux flic dépassé par l’évolution de la France.

Ensemble, ils affrontent le mensonge utopique du monde dans lequel ils vivent, creusent avec acharnement, jusqu’à dévoiler la vérité.

Ce roman est une enquête résolument sombre, pourquoi cette envie d’aller vers un univers différent que celui présenté à nos lecteurs avec #SeulAuMonde ?

 Dans #SeulAuMonde, mes personnages s’accrochent dès le début à une forme d’espoir, malgré une situation initiale désespérée.

Ici, les deux héros sont dans un monde d’apparence riante, où les problèmes ont presque disparu. Ils vont devoir composer avec les révélations et les meurtres, avec le bouleversement de toutes leurs croyances.

La mécanique psychologique mise en œuvre pour avancer est l’inverse de celle présente dans #SeulAuMonde.

Et le thème, que je ne peux pas dévoiler sans spoiler, appelait forcément un traitement beaucoup plus sinistre et anxiogène.

Quelles ont été tes sources d’inspiration pour écrire cette histoire ?

 Je suis une grande consommatrice de faits-divers, ou, plus exactement, des commentaires des gens sur ces faits-divers. En deux lignes de réaction, on peut aisément cerner le profil des internautes. C’est fascinant ! La violence extrême de beaucoup de commentaires me sidère. Si on prenait au pied de la lettre les solutions exigées par le citoyen lambda, il y a belle lurette que la population mondiale serait retombée à quelques centaines de millions… Ce ne sont qu’appels au meurtre, au rétablissement de la peine de mort, à des tortures moyenâgeuses. Le tout sous houlette gouvernementale de préférence, pas question de se salir les mains.

Comme souvent, le cœur de l’intrigue est venu d’un « et si ? » en lisant ces commentaires et mon cerveau a tricoté le reste.

L’un de tes personnages peut-il être qualifié comme étant le reflet de toi-même ?

Je ne m’étais pas posé la question jusqu’à ce que tu me le demandes. En y réfléchissant, il y a une part de moi dans Léna, c’est indéniable. Son côté « effarouchée par ses semblables », mais aussi son côté « je ne lâche rien, quels que soient les risques ». Quand quelque chose me tient à cœur, je perds tout sens commun. Et, beaucoup de gens ont du mal à le croire, mais je suis une ourse assez peu adaptée à la société moderne et à ses codes sociaux que je ne comprends souvent pas.

Ceux qui te suivent sur les réseaux savent également que tu es une grande lectrice qui donne son avis sans détour. As-tu tiré un enseignement particulier de certaines lectures avant de te lancer dans l’écriture de ce nouveau roman ?

Je ne pense pas avoir été influencée par des lectures en particulier, en tout cas pas au niveau conscient. En revanche, mes lectures en général sont indissociables de mon processus d’écriture. J’en ai besoin, je ne peux pas écrire sans lire et inversement. C’est un équilibre délicat à maintenir entre les mots que je laisse sortir de moi et ceux que j’ingère. Comme si chaque mot que j’écris laissait un vide qui doit être comblé par les mots des autres, pour que je puisse exister.

Quel est ton rituel d’écriture ?

Du thé à profusion, de la musique et en avant ! Je me déconnecte complètement du monde. À tel point qu’il est arrivé que mes animaux fassent les fous à deux mètres de moi, retournant le salon, sans que je m’en aperçoive. Ou que des gens arrivent à la maison et en repartent après une heure, incognito. Je pense que quand j’écris, la fin du monde pourrait survenir, je n’en aurais pas conscience ! Et après chaque session d’écriture, j’ai besoin de lire, au moins une demi-heure.

Pour conclure, une petite confidence à faire à tes lecteurs ?

Je suis quelqu’un de très optimiste dans la vie de tous les jours, je cherche toujours le positif, aussi maigre qu’il soit, même dans les pires moments. Mes livres sont le seul domaine où je peine à ne pas pencher vers le côté obscur. J’ai toujours la peur au ventre : qu’ils ne plaisent pas, que les lecteurs passent à côté… Tant que je n’ai pas eu les premiers retours positifs, je ne sais pas quoi faire de mon manuscrit, je suis persuadée d’avoir tout raté. D’où l’importance cruciale des bêta-lecteurs, qui me permettent de me rassurer.

La Divine Proportion

Disponible début mars.

18 €

ISBN : 9 782 379 100 321

Pour patienter, vous pouvez toujours vous (re)plonger dans #SeulAuMonde .

La Foire du Livre de Bruxelles approche!

C’est dans un peu moins de deux mois que la nouvelle édition de la Foire du Livre de Bruxelles ouvrira ses portes. Le monde de l’édition prendra ses quartiers sur le site de Tour et Taxis du 5 au 8 mars 2020, pour une nouvelle édition pleine de surprises.

Il s’agit pour nous d’un évènement incontournable !

Cette année aura une saveur particulière. Nous y fêterons le 5ème anniversaire de Livr’S éditions. Un sacré cap pour un jeune label éditorial !

Pour fêter cela comme il se doit, nous mettrons les petits plats dans les grands :

  • Un nouveau stand pour vous accueillir
  • De nombreuses séances de dédicaces
  • De nouvelles sorties littéraires
  • Des animations sur différents plateaux du site

Petit à petit nous vous dévoilerons le programme. D’ici là, pour ne rien rater, rejoignez-nous sur notre page Facebook  et sur notre page évènement.

« Le requiem d’un soupir », l’interview.

Plus que quelques semaines de patience avant de découvrir le nouveau roman de Tiffany Schneuwly, « Le Requiem d’un Soupir ».
Si ce titre ne vous est pas inconnu (il fut précédemment édité sous une autre forme), vous aurez pourtant la surprise de lire une histoire entièrement revue et retravaillée par son autrice !
À l’approche de la sortie de ce roman tant attendu, nous vous proposons d’en savoir plus sur Tiffany et sur son nouveau bébé !

Qui es-tu Tiffany ?
Une douce rêveuse de 30 ans, établie en Suisse, qui rêve d’avoir une licorne dans son jardin.

Que représente l’écriture pour toi ?
Un moyen d’évasion, une chance de pouvoir façonner le monde comme je l’entends et de transmettre du rêve et un peu d’espoir.

Un rituel d’écriture ?
Une bonne tasse de thé bien chaud, une couverture sur les genoux et, si possible un chat à câliner à proximité.

Quel est ton roman préféré ?
Le Petit Prince, d’Antoine de St-Exupéry. C’est une magnifique leçon de vie teintée d’espoir et de fantaisie. J’ai un attachement particulier avec ce roman, car j’ai eu l’occasion de pouvoir le jouer en pièce de théâtre.

Peux-tu nous parler du livre « Le requiem d’un soupir » ?
Le Requiem d’un Soupir est une tranche de vie romancée d’une jeune fille asthmatique. C’est une fiction, mais qui est inspirée de faits réels. Tout d’abord, l’héroïne du roman, Mercedes, porte le prénom d’une jeune fille qui s’appelait ainsi et qui est décédée d’une crise d’asthme aux alentours de ses vingt ans. Je ne la connaissais pas, c’était une amie d’une de mes anciennes collègues. Quand elle m’avait parlé de son histoire, j’ai eu l’idée de reprendre son prénom pour le personnage principal de mon roman. Une sorte d’hommage à cette fille partie trop tôt… De plus, j’ai moi-même fait de nombreuses crises d’asthme quand j’étais plus jeune. Il m’a fallu bien des années pour découvrir que mes crises étaient en réalité dues à une intolérance alimentaire. Une partie des crises décrites dans l’histoire sont bel et bien inspirées de celles que j’ai vécues. On y retrouve également les tourments que j’ai moi-même ressentis en vivant mon adolescence avec une maladie qui marginalise et qui fait parfois peur. Cette période de ma vie n’a pas été facile, et l’écriture de ce roman m’a permis de tourner la page sur les blessures que je ressentais encore.

Comment te sens-tu à quelques semaines de la sortie de ton roman ?
D’un côté, libérée d’un poids que je traînais avec moi depuis des années. Ce roman est une réécriture, il a déjà été écrit dans une première version. Avec les précieux conseils de mon éditrice, nous avions convenu que cette histoire méritait d’être retravaillée, peaufinée et approfondie. C’est en la réécrivant que je me suis rendu compte que je n’avais pas complètement tourné la page sur mon passé. C’est chose faite à présent ! J’ai toutefois une certaine appréhension ! Beaucoup de lecteurs avaient apprécié la première version de ce récit, et j’espère sincèrement qu’ils apprécieront tout autant, si ce n’est plus, cette nouvelle version.

Ce que tu préfères dans la vie ?
Les paillettes !

Ce que tu détestes ?
Avoir les chaussettes mouillées, les pubs avant les films au cinéma et la réglisse.

Ton plat préféré ?
La fondue au fromage

Quels sont tes futurs projets ?
J’ai plusieurs romans en cours, dont un récit jeunesse, un roman feel-good teinté de fantastique et une saga fantasy écrite à 4 mains avec une amie, ainsi que deux projets de spectacles musicaux dont j’écris les scénarios en plus d’endosser un rôle de comédienne.

Un message pour tes lecteurs ?
Juste un MERCI tout ce qu’il y a de plus simple, mais de plus sincère !

En attendant de découvrir cette nouvelle version de « Le Requiem d’un Soupir », vous pouvez vous plonger dans les autres publications Livr’S de Tiffany Schneuwly :
Quadrilogie « Dévore-moi ! »
Tome 1 « L’Imaginarium », février 2016
Tome 2 « L’Archipel des Rêves », février 2017
Tome 3 « Alyséa », février 2018
Tome 4 « Héphaïsta », février 2019
« S.O.S. Geek ! », juillet 2017

« That’s a long way to hell »

« Néoberlin.
Un musicien passionné rêvant de gloire.
Une société dévastée et régie par la Milisia.
Envers et contre tous, Hans monte son groupe de Heavy Metal. Sa musique est son combat. Personne ne pourra l’empêcher d’imposer ses textes et ses mélodies, aussi dérangeants soient-ils.
Un beau jour, les Gun’s passent de l’ombre à la lumière. Dès lors, comment garder la cohésion au sein du groupe quand les tensions et l’ambition dévorent ses membres ? Qui est vraiment Ana, cette mère froide et dépressive qui a toujours détesté Hans ? Sans réponse à ses questions, il s’enferme dans son monde où alcool et drogues incarnent son seul réconfort.
Et le jour où Hans commence à voir des fantômes, tout bascule… »

Évoquée à demis mots lors d’un Mardi Conseil, nous pouvons aujourd’hui annoncer fièrement l’arrivée de Marianne Stern au sein de la Team Livr’S.

Marianne, vous la connaissez grâce à sa trilogie des « Machines Mécaniques » parue chez nos amis des éditions du Chat Noir. Son talent n’est plus à démontrer! Pourtant, elle vous surprendra avec ce roman qui sort des sentiers battus pour vous offrir une histoire aussi sombre que rock’n roll. Méfiez-vous, Hans est un personnage torturé et attachant. Une fois que vous le laisserez vous raconter son histoire, il vous sera impossible de poser le livre.

« That’s a long way to hell » sera disponible dès la La Foire du Livre de Bruxelles (début mars). Vous pourrez bien entendu vous le procurer sur notre stand (et en profiter pour rencontrer l’autrice), mais également sur notre site et dans toutes les bonnes librairies.

Nous sommes impatients de voir ce roman entre vos mains!

« That’s a long way to hell »
Marianne Stern
Livr’S éditions, collection « Névrose »
Prix: 18€
ISBN: 9782379100314

Une nouvelle année et de nouveaux défis!

2020, année faste pour nous! La maison fête ses 5 ans, une étape qui restera gravée.

Pour inaugurer ce blog, nous ne pouvions que commencer en partageant avec vous le petit mot de l’éditrice.

❣️ Une nouvelle année débute, et 2020 sera particulière puisque ce 2 janvier nous fêtons nos 5 ans d’existence ! Cinq ans durant lesquels nous avons grandit, évolué, appris et vécu de nombreux moments extraordinaires, grâce à vous ! ❣️

 En 2019, de nombreuses grandes étapes ont été franchies, avec notamment l’arrivée dans l’équipe de Sophie, chargée de communication, des réseaux sociaux, des relations presse et libraire, et tant d’autres choses encore !

 2019 a également vu la sortie et le succès de Ghost Virus, de Graham Masterton, qui nous honore de sa confiance. Confiance renouvelée puisqu’un nouveau roman se prépare et verra le jour dans le courant 2020. 

 De nombreux artistes nous ont rejoint en 2019, puisque nous avons accueilli Ellen McNett – autriceM. d’Ombremont – OmbreBonesAspi Deth, Henri Bleunven, Sam Cornell, Fabrizio Schiavetto, Katia Goriatchkine, Gloria F. Garcia, AD Martel et Alex N.R. ! 2020 ne sera pas en reste car de nombreuses sorties se préparent ! En mars, une nouvelle venue rejoindra l’équipe, et si vous avez été attentifs à nos publications, vous savez probablement déjà de qui il s’agit ! 

 En 2019, nous nous sommes associés à un diffuseur/distributeur, Grantha Diffusion, pour permettre à nos ouvrages de rayonner encore plus. 

 En 2019, Livr’S s’est également associée à la Confédération Parascolaire Hainaut  pour leur concours de nouvelles, vous pourrez découvrir la nouvelle primée à la Foire du Livre de Bruxelles, dans quelques mois. #Club27

Bref, 2019 fut une excellente année, et 2020 nous promet de très belles choses et quelques surprises ! Avec notamment notre première participation au Salon du Livre de Paris ! Notre première campagne Ulule pour un beau livre de notre Collection Artistique, réalisé par l’incroyable Sarah Bertagna Art.  Et de nombreuses autres surprises que nous vous dévoilerons au fur et à mesure ! 

Je vous souhaite à toutes et tous une excellente année 2020, des petits et grands bonheurs, des PAL qui atteignent le plafond, des lectures qui vous bouleversent, des découvertes qui vont enthousiasment… Bref, que 2020 soit remplie de tout ce qui vous rend heureux, et en route pour une sixième année en votre compagnie ! ❤️

*Emilie*

Nouvelle sortie Jeunesse ! Swing Green, par Pyel

En mai, nous accueillons d’espiègles bébêtes dans notre catalogue ! Les coccinelles de Pyel font leur apparition, avec la sortie de l’album illustré pour enfant « Swing Green » !

 

« Quoi de plus mignon qu’une petite coccinelle ? Pourtant, Dame Nature peut s’avérer sournoise, dès lors qu’elle s’allie avec cette petite bébête anodine. Car si vous les aimez en rouge et noir, sachez que les coccinelles peuvent parer de couleurs bien plus inquiétantes ce qui les entoure … de quoi filer une sacrée frousse au plus courageux des oisillons ! »

Aucun doute que cet album saura ravir petits et grands. Retrouvez-le sur notre boutique, en précommande jusqu’au 10 mai (dédicace dessinée offerte pour toute commande passée avant le 10 mai minuit). N’oubliez surtout pas de préciser en commentaire le nom pour la dédicace !

Belle découverte !

L’équipe Livr’S

Nos prochaines sorties !

Voici enfin l’annonce de nos prochaines sorties !

Huit titres viennent étoffer notre collection Fantastique :

  • Dévore-moi! Tome 2 : L’Imaginarium, écrit par Tiffany Schneuwly
  • Le livre des Âmes Tome 2 : Le Champ des Loups, écrit par Sylvie Ginestet
  • Souffleur de rêves Tome 2 : L’ombre et la lumière, écrit par Bérengère Rousseau
  • Les Royaumes Ephémères Tomes 1 et 2, écrits par Geoffrey Claustriaux
  • Trilogie Les Imhumvamps, écrite par Sylvie Ginestet

Ainsi qu’un recueil dans la collection Nouvelles, et un album illustré dans la collection Jeunesse :

  • Nouvelles Saisons, recueil collectif de nouvelles écrites par Emilie Ansciaux, Geoffrey Claustriaux, Sylvie Ginestet, Valéry Hardiquest, Frédéric Livyns et S.A.Williams
  • Swing Green, écrit et illustré par Pyel, dans la collection Jeunesse (cette publication sera en sortie officielle au festival BD Capbulles de Soignies, en mars)

Toutes seront présentées en avant-première à la Made In Asia de Bruxelles et en sortie officielle à la Foire du Livre de Bruxelles en mars 2017 !

 

Téléchargez notre nouveau catalogue !

Catalogue 2016 2017 LivrS Editions